L’ATELIER DU FESTIVAL

WHITE, WHITE WORLD

Réalisé par : Oleg NOVKOVIC

  • Année : -1
  • Pays : Serbie
  • Durée : 90 minutes

Synopsis

Dans la ville de Bor, laissée à l'abandon, habite King, un bel homme de 40 ans, ancien boxeur et propriétaire de bar redoutable, avec une vilaine cicatrice sur la tête. Vita, 16 ans, sauvage et belle, se rebelle contre sa mère Rosie, qui, après des années en prison, tente de la reprendre sous son contrôle. Tiger, 19 ans, voleur et dealer, est fasciné par Vita. Un soir, King la remarque lui aussi. Enervée contre sa mère, Vita s'enfuit avec Tiger. Ils se rendent au bar, où l'admiration de King pour Vita se transforme en désir. Jaloux, Tiger se bat avec King, mais ne réussit à porter qu'un seul coup au front de King. King est amoureux pour la première fois, mais il balance entre tendresse et cruauté. Vita s'enfuit en ville avec Tiger, où elle se prostitue pour de la drogue. King les retrouve et affronte à nouveau Tiger. Cette fois, les coups qu'il reçoit à la tête le rendent aveugle. Alors que Tiger succombe à une overdose, King et Vita retournent à Bor et se marient. Devenu aveugle, King a perdu tout son pouvoir. Il supplie Vita qui accepte de le tuer. Rosie décide d'assumer ce meurtre à la place de sa fille et retourne en prison, tandis que Vita, enceinte, s'enfuit vers le " Monde Blanc ".

Note d'intention

Une aventure entre un homme d'un certain âge au caractère ombrageux et une jeune fille un peu perdue. Fuir le désespoir et un monde qui s'écroule, où même l'homme le plus puissant s'avère incapable de changer le cours de sa propre vie. C'est à la fois l'histoire d'un amour maudit et celle de la Serbie, rongée et piégée dans sa propre réalité autodestructrice. Ce qui m'intéresse, ce n'est pas l'ethnologie mais l'éthique et la passion, qui d'une certaine manière permettent à ce pays de rester vivant. L'action est hyperréaliste, la poésie réside dans la musique ; les chansons interprétées sur le mode réaliste s'intègrent dans l'action. Ceci n'est ni une comédie musicale, ni un opéra, mais un tango des Balkans, plein de poésie, sale et pauvre. La caméra à l'épaule donnera le rythme nécessaire, et le téléobjectif l'effet poétique. Le cinémascope appréhendera l'espace. Les plans larges apporteront un sentiment de réalité documentaire.


Crédits

Oleg NOVKOVIC - Réalisateur


Fiche technique

Langue(s) de tournage: Serbe
Budget prévisionnel: 1,1M €
Financement acquis: 1,1M €

Contacts

Production


-

L'Atelier 2008