L’ATELIER DU FESTIVAL

ONE MORE CROISSANT

Réalisé par : Ilmar RAAG

  • Année : -1
  • Pays : Estonie
  • Durée : 100 minutes

Synopsis

Si vous habitez la province estonienne, que vous approchez de la cinquantaine, que vous êtes divorcée et que vos enfants ont quitté la maison, alors votre vie est finie. C'est ce qu'Anne, 47 ans, pense après l'enterrement de sa mère. Elle se sent vide, ce qui la pousse à accepter un emploi d'infirmière à Paris, au service d'une vieille dame de la bonne société qui a déjà essayé de se suicider deux fois et qui a besoin d'être constamment surveillée. À Paris, Anne se trouve soudainement au centre d'une guerre que Frida, 78 ans, a déclarée contre le reste du monde. La vieille dame s'ennuie et souhaite mourir aussi vite que possible. En fait, Anne a été engagée à son insu. Le vrai problème d'Anne est qu'elle ne sait pas vraiment pourquoi Frida devrait continuer à vivre, dans sa solitude et sans personne pour l'aimer, loin du pays qu'elle a quitté il y a des années. Cependant, quand elles ne sont pas en train de se disputer, Anne et Frida apprennent à se connaître. Et il devient de plus en plus difficile de mépriser ou de détester quelqu'un que l'on comprend. Le fait que quelque chose manque à chacune va les rapprocher.

Note d'intention

Je dirais qu'il s'agit d'une histoire vraie, puisque je connais personnellement les gens qui m'ont inspiré ce récit. C'est important, car cela garantit une certaine part de vérité. C'est une histoire assez simple, en fait. Deux femmes d'origines très différentes apprennent à se connaître et surmontent leur haine initiale. C'est un phénomène curieux : l'on ne peut haïr quelqu'un que l'on comprend. Il s'agit également d'un conte sur l'immigration et la lutte pour garder sa propre identité. Le fait de perdre ses racines est souvent plus douloureux que l'on ne le réalise. Enfin, c'est un film sur les femmes et les désirs qui restent. La fille de Frida est morte, mais elle se souvient de ce qu'elle éprouvait pour elle. La mère d'Anne est décédée, et elle se souvient des sentiments qu'elle avait pour elle. Est-ce une trahison que de transmettre ces sentiments ? Je crois en l'intensité dans les récits et non en l'observation neutre.


Crédits

Ilmar RAAG - Réalisateur


Fiche technique

Langue(s) de tournage: Français, Estonien
Budget prévisionnel: 2M €
Financement acquis: 600 000 €

Contacts

Production


-

L'Atelier 2008