L’ATELIER DU FESTIVAL

LIZA, THE FOX-FAIRY

Réalisé par : Károly UJJ MESZAROS

  • Année : -1
  • Pays : Allemagne , Hongrie
  • Durée : 100 minutes

Synopsis

Depuis douze ans, Liza, une infirmière timide, prend soin de Marta, la veuve de l’Ambassadeur japonais en Hongrie. Le jour de son trentième anniversaire, Liza va au Mc Donald’s dans l’espoir d’y rencontrer quelqu’un. Pendant sa brève absence, Marta est assassinée par feu Toni Tani, l’ami imaginaire de Liza, chanteur japonais de pop des années 70. La famille de Marta dénonce Liza à la police, l’accusant d’avoir assassiné Marta pour hériter de son appartement. Ensign Zoltan est chargé d’enquêter. L’officier emménage comme locataire dans l’appartement de Liza pour pouvoir surveiller la suspecte au plus près. Zoltan répare en secret tous les équipements ménagers défectueux, victime au passage d’accidents presque mortels, tandis qu’il tombe amoureux de Liza. Liza prend confiance en elle et devient de plus en plus attirante, depuis qu’elle a commencé à lire des magazines féminins. Tous ses efforts pour rencontrer quelqu’un sont réduits à néant, Toni Tani s’arrangeant à chaque fois pour que le soupirant de Liza soit victime d’un accident fatal. Liza est convaincue d’être une « fox-fairy », le démon japonais meurtrier des contes japonais. Le combat pour la vie de Liza s’engage entre le mystérieux chanteur pop et Ensign Zoltan.

Note d'intention

« Liza, the Fox-Fairy », comédie noire pleine d’émotions, est un conte pour adultes visuellement intrigant. Par un usage irrégulier de l’espace, une garde-robe originale (je prévois de faire appel à un designer), une musique japonaise et finlandaise, le film ne sera rattaché à aucune époque en particulier et dégagera une ambiance atypique. Un jeu subtil, des jeux visuels importants pour la dramaturgie - puisque rien n’est ce qu’il a l’air d’être - conduisent à un film inhabituel, qui réchauffe le coeur, unique en termes d’intrigues et de développement des personnages. La solitude de Liza sera personnifiée par le personnage du chanteur pop japonais dépassé, et elle se confrontera à lui psychologiquement. Ensign Zoltan, quant à lui, utilisera toujours un raisonnement logique, étant complètement pragmatique. Ces points de vue, présents au même niveau dans le film, le rendront joyeux et amusant à voir.


Crédits

Károly UJJ MESZAROS - Réalisateur


Fiche technique

Langue(s) de tournage: Hongrois
Budget prévisionnel: 1,5M €
Financement acquis: 720 000 €

Contacts

Production


-

L'Atelier 2010