L’ATELIER DU FESTIVAL

ALIYUSHKA

Réalisé par : Adilkhan YERZHANOV

  • Année : 2015
  • Pays : Pays Bas , France , Kazakhstan , Pays Bas
  • Durée : 90 minutes

Synopsis

Aliyushka, 14 ans, vit dans une usine de produits chimiques désaffectée, devenue un refuge pour les jeunes toxicomanes et les clochards après l’effondrement de l’Union Soviétique. Elle est la seule à pouvoir lire et écrire et à ne pas consommer de drogue. Pour elle, lavie est autre chose qu’une simple lutte pour la survie : elle veut aider ces enfants délaissés par la société. Elle a lu de vieux livres de l’époque soviétique trouvés dans une librairie abandonnée et essaie de diffuser les idées de Tommaso Campanella, Platon et Aristote chez ces jeunes qui sniffent du toluene (un solvant industriel très nocif) et meurent du SIDA ou de la tuberculose. Mais les résidents de l’usine vivent selon leurs propres règles et se moquent de ses idées philanthropiques. Seuls quelques enfants suivent Aliyushka dans cette lutte perdue d’avance contre l’addiction, la pauvreté et le désespoir. Aliyushka croit qu’il existe un monde meilleur en dehors de l’usine mais elle devra relever les défis affrontés avant elle par tous les grands prophètes de l’Histoire.

Note d'intention

J’avais 10 ans lorsque j’ai rencontré cette fille. Elle était intelligente pour son âge, s’occupait de sa mère - une professeure de russe. Lorsque L’Union Soviétique s’est effondrée et que sa mère est morte, Aliyushka a été placée dans un orphelinat qu’elle a toujours essayé de fuir. J’avais remarqué comment elle avait réuni autour d’elle une petite troupe de vagabonds vivant dans une usine désaffectée. Elle leur lisait des livres, leur apprenait l’alphabet et les maths. Elle avait la faiblesse de croire qu’elle pouvait changer ses compagnons. Puis elle disparut. Les années passant, j’ai oublié Aliyushka. Maintenant je commence à réaliser combien il est important de se souvenir de sa vie, une formidable histoire sur l’antagonisme entre les idées et la réalité. La tentative d’Aliyushka de créer la société idéale est tragique car elle est vaine, mais elle n’en est que plus belle.


Crédits

Adilkhan YERZHANOV - Réalisateur


Fiche technique

Langue(s) de tournage: Kazakh, Russe
Budget prévisionnel: 790 000 €
Financement acquis: 390 000 €

Contacts

Production


-

L'Atelier 2014